jeudi 10 septembre 2015

Critique du roman Gaïa de Yannick Monget

 
 
 
 
Auteur : Yannick Monget. 

Date de sortie : 13 juillet 2012.

Pages : 456.

Prix : 20€.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ça fait depuis sa sortie que j'avais ce roman dans ma PAL et le voici enfin lu ! Mieux vaut tard que jamais :)

Le contexte de l'histoire n'aura jamais été aussi d'actualité avec tout ce qui se passe de catastrophique sur notre belle planète bleue. Je ne vous cache pas que la couverture et la phrase d'accroche en haut m'ont tout de suite attiré à l'époque et même pendant tout ce temps que je l'avais. Et chose rare pour le genre, c'est par un auteur français !

 "L'Homme n'a pas su respecter la Nature. Il n'y a plus aucune raison pour que la Nature respecte l'Homme".
 
 
 
 


Ce bouquin se présente comme une longue expédition périlleuse dans les rues de Paris et de New York. Mais de quoi ça parle vous vous dites ?? Notre habitation la Terre n'est plus ce qu'elle était. On découvre notre capitale qui est recouverte d'arbres, de branches, de plantes étranges, des animaux comme des gnous dans les rues, des crocodiles...Ce n'est plus une ville mais une jungle. L'Amazonie on pourrait dire. Mais ça ne s'arrête pas là. La diversité de toute cette flore et faune s'est transformée. Tout est devenu plus dangereux voir carrément mortel. C'est dans cet environnement qu'un groupe de survivants va devoir survivre mais aussi de comprendre (et nous aussi) comment ça se fait qu'il y à eu comme une mutation du globe et pourquoi. Pourquoi tout cette flore ? Pourquoi tout est détruit ? Pourquoi il y à plus d'habitants ? Tout ça en l'espace de quelques jours ? Qu'est-il arrivé ?? Est-ce le même cas dans toute la capitale française ou dans le reste du pays voir pire, à l'échelle mondiale ? Est-ce une attaque terroriste ou une attaque venue de l'espace ou alors autre chose ? Une épidémie ? Les petits hommes verts ? Tant de questions !!


"L'Homme croit quelque fois qu'il à été créer pour dominer, pour diriger. Mais il se trompe. Il fait seulement partie du Tout. Sa fonction ne consiste pas à exploiter, mais à surveiller, à être un régisseur. L'homme n'a ni pouvoirs, ni privilèges, seulement des responsabilités."



Le groupe que l'ont va suivre est intéressant. Il se compose de civils comme des militaires. Alexandre Grant, homme d'affaires américain important et milliardaire et qui à ses manières. Il veut détruire la nature et les animaux pour faire des constructions. Ce qui n'est pas la volonté de Anne, française, qui se bat pour protéger la nature. Elle est elle-même avec des membres de son groupe. Mais toutes ces personnes vont devoir poursuivre la route ensemble. L'humour est souvent présent, beaucoup de pointes sarcastiques entre les survivants. En écrivant cet article, je pense à Jumanji, vous savez, quand la nature envahi la ville avec les troupeaux d'animaux et que la végétation qui mute et devient des proies et qui, elle aussi, pousse de partout ? C'est à peu près pareil avec Gaïa. Mais avec l'horreur et le désespoir en plus.


Sur plusieurs pages on retrouve des graphiques. Dommage de pas en avoir plus mais c'est sympa. L'auteur remet bien en place les humains et sur le sort que nous faisons à la Terre. Les révélations sur ce qui se passe sont intelligentes. Je me disais "fallait y penser" ! La fin est passionnante ! Je ne m'attendais pas du tout à ce retournement de situation. Très réussi ! Je ne crois même pas que c'est possible de le deviner. Cela fait froid dans le dos ! Ce fut une très bonne lecture ! Sujet plutôt rare dans le catalogue de Bragelonne.


"Un combat où pour la première fois l'homme apparut aux yeux de Grant comme étant la proie et non le prédateur. Un juste retour des choses, telles qu'elles l'étaient plusieurs millions d'années en arrière...".



Je trouve ça curieux que ce livre n'est pas devenu un film. Il à toutes les bases pour en être un. Des paysages transformés majestueux, de l'action, des personnages attachants, de la survie, des morts, un bestiaire qui change de ce qu'on connaît, du suspens de vouloir savoir ce qu'il s'est passé...Peut-être que l'auteur à eu des propositions et n'a pas voulu. C'est possible aussi.
  


Je vous le recommande ;)


 
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires :)