vendredi 11 juillet 2014

La maison qui glissait


Les détails : 
-Éditeur : Le Bélial'
-520 pages
-Sortie le 25 mai 2010
-Prix : 22.00€








Mon avis : 

Que vaut ce roman de Jean-Pierre Andrevon ? Eh bien plutôt bien, même très bien ! Alors l'histoire est un huit clos et ça se passe dans un HLM. Et cet immeuble va devenir une prison pour la centaine de gens habitants dedans. La tour est, on peut le dire, comme un personnage central du bouquin. On va faire la connaissance de pleins de gens bien différents, de tout âges et de tous milieux sociaux. Ils vont s'apercevoir que plus rien ne fonctionne et que les réveils, montres et autres se sont arrêtés à 7h du matin. Et comme compagnon, un immense effet de brouillard inquiétant et intriguant qui est tout au tour de la tour. Les chapitres sont répartis en jour. Sur tous les chapitres, on va suivre tous les habitants, par petits chapitres plus ou moins court. Plus les heures passent, plus la peur va se faire sentir. De plus en plus de gens vont mourir étrangement en voulant partir de cet endroit, disparaître dans cette étrange brume épaisse. De grandes secousses sismiques, le comportement différents de certaines personnes et même d'animaux.  Mais que se passe t-il donc ?? Et ce n'est pas tout, il y à aussi ce mystère où les "survivants" pensent être sur une autre planète, tellement il se passe des choses...étranges comparé à sur Terre. Je n'en dirai pas plus, vous verrez que vous ne serez pas au bout de vos surprises. À une certaine partie de l'intrigue, on change complètement d'ambiance inattendue. C'est vraiment LE point qu'on veut découvrir la vérité pour éclaircir les questions. Alors comme ils vont être bloqués dans cette tour, ils vont devoir s'entraider. Et en plus de cela, il y aura le manque de nourritures et d'eau. Comme on le sait tous. Enfermés des humains et vivre tous ensemble, il y aura toujours une tension qui va venir, des complications. Et comme c'est écrit sur la 4ème de couverture "après tout, le pire n'est peut-être pas dans la brume".

Dans la grosse première partie du roman, il y à très peu de dialogues et beaucoup de descriptions, à la Stephen King. Et c'est mou. Mais après ça change. C'est pour nous attaché à toute cette grande galerie de protagonistes. Et vous verrez qu'ils sont bien réussis et attachants, ce qui est important. C'est assez violent. Les morts s'enchaînent à une vitesse folle, une fois l'histoire bien démarrée. La folie s'invite, la démence, la paranoïa. De quoi est capable l'homme lorsqu'il n'a plus d'espoir sur le futur ? C'est souvent bien crade, attention. Pour la fin, elle me pose problème. J'ai envie de dire que l'auteur nous donne une réponse sur le pourquoi du comment mais c'est une révélation très courte et très étrange et finalement, une fois le final découvert, on se pose encore plus de questions qu'auparavant. Et pourtant je trouve la fin réussie. 


Ma note : 5/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires :)